De Baulle... à Baule

(extrait de l’Annuaire Départementale du Loiret milieu XIXème siècle)

La commune de Baulle, la plus importante des communes rurales du canton, est à 5 km de Beaugency, 2km de Meung-sur-Loire ; le chemin de fer d’Orléans-Tours et la route royale N°152 la traversent dans sa longueur. Les principaux hameaux qui la composent sont Baulle proprement dit, Baulette, Lavau, les Ribaudières, Foisnard, la Bruère, l’Anglochère, les Groix, Villeneuve et les Vallée.

Villeneuve possède une chapelle desservie par le curé de Baulle, et un temple protestant où le service divin est célébré tous les dimanches par un des membres de la congrégation. Baulle était toutefois un baillage ; près de l’église s’élevait un vieux château appartenant au duc de Serent, et où fut exilée sous le règne de Louis XV, la princesse de Ligne. Un inventaire dressé par M.Bonvallet, notaire à Beaugency, le 16 septembre 1686, constate que la paroisse St Aignan de Baulle avait jadis un prieuré qui dépendait de l’abbaye Notre-Dame de Beaugency.

Outre la vente de produits de son sol qui consistent en vins, foins, céréales et osiers, Baulle compte une manufacture de sucre indigène, fondée en 1828 par M. Guerton, membre du conseil général du Loiret, qui le premier introduisit dans le département la culture de la betterave. Cette manufacture, dirigée pendant plusieurs années par M.Guerton lui-même, et aujourd’hui exploitée par M.Herbet, fut établie dans des conditions tellement favorables, qu’elle a résisté aux lois destructives de l’industrie sucrière. M.Herbet fabrique tous les ans environ 100 000 kilogrammes de sucre qu’il expédie à Paris et il doit ses succès tant à l’habileté de sa direction qu’à la richesse des betteraves qu’il cultive et de celles que M.Guerton tire de la ferme qu’il fait valoir à Tavers. M.Herbet occupe plus de 40 ouvriers dans sa fabrique, sans compter le grand nombre de bras employés à la culture de la betterave ; aussi cet établissement a puissamment contribué à la prospérité de la commune de Baulle, intéressée à ce qu’il se soutienne.

La commune de Baulle est propriétaire d’une prairie de 14 hectares environ, affermés en moyenne 230 fr. l’hectare qui constitue son principal revenu, et la rend une des plus riches communes du département, puisque tous les ans ses ressources excèdent de beaucoup ses besoins. La compagnie d’assurances mutuelles contre l’incendie du département du Loiret a doté la commune de Baulle d’une pompe à incendie, manœuvrée par une compagnie de pompiers parfaitement organisée.

Le tracé du chemin de fer d’Orléans-Tours, passant dans l’axe même de la maison d’école, la commune de Baulle a été obligée d’acquérir un terrain situé partie sur la grande route, partie sur la rue de Foisnard et d’y faire élever un bâtiment qui contient la mairie, l’école primaire, un logement pour l’instituteur, un magasin pour la pompe et un corps-de-garde. L’église de Baulle, dont la Loire baignait autrefois les murs, ainsi que l’attestent d’anciens anneaux en fer destinés à attacher les bateaux, est remarquable par des vitraux peints, représentant le sacrifice d’Abraham, et par quelques tableaux d’une exécution qu’on rencontre rarement au sein des campagnes. Le chemin de fer présente dans la commune de Baulle les ouvrages d’art ci-après : 4 passages à niveau pour voiture 4 passages à niveau pour piétons et bêtes de somme, 1 passage par-dessous pour voitures sur le chemin de villeneuve. Ce passage est construit en maçonnerie et fonte. Il a 4 mètres de largeur et 4 mètres 30 centimètres de hauteur sous poutre. Une passerelle par-dessus, pour piétons et bêtes de somme. Cette passerelle composée d’un tablier en charpente reposant sur des colonnettes en fonte est remarquable par sa légèreté et ses proportions, elle a 21 mètres de longueur. Une buse en fonte pour l’écoulement des eaux pluviales.

Dernière modification le mercredi, 02 mars 2016 10:45

Les échos de Baule